Kimono : du symbole de statut social à la haute couture

De la robe de geisha à la déclaration de mode du XXIe siècle, le kimono est un vêtement typiquement japonais ancré dans le symbolisme.

Qu’il s’agisse de la première visite au sanctuaire, des cérémonies de passage à  l’âge adulte ou de mariage, le kimono joue un rôle essentiel dans la société japonaise. Il est porté à des moments clés de la vie d’une personne et est également revêtu pour des occasions traditionnelles telles que la cérémonie du thé. S’ils sont méticuleusement confectionnés à la main par les meilleurs artisans, leur valeur peut atteindre des milliers de livres et ils sont transmis avec révérence de génération en génération. Aux yeux des Occidentaux, elles sont le symbole ultime du Japon, souvent imprégnées d’une fascination exotique découlant d’idées fausses sur les geishas.

Étant donné le statut d’icône du kimono, il est facile d’oublier que pendant la plus grande partie de son histoire, il a également été un élément de mode, porté quotidiennement par la majorité de la population. Ce n’est qu’après l’ouverture forcée des frontières du Japon par les États-Unis à la fin du XIXe siècle que le kimono a commencé à jouer un rôle plus symbolique, un changement qui a atteint son apogée au lendemain de la guerre du Pacifique (1941-45) lorsque, vaincus et démoralisés, les Japonais ont largement abandonné le kimono au profit de la mode occidentale.

“À mesure que son port diminue, son statut symbolique s’élargit et il en vient à représenter le Japon dans un monde globalisé”, explique Anna Jackson, commissaire de l’exposition Kimono : Kyoto to Catwalk au Victoria & Albert Museum de Londres.

Cependant, depuis les années 1990, on constate un intérêt croissant pour le kimono parmi la jeune génération de Japonais, avec de nombreux magazines, blogs et groupes Facebook qui alimentent ce renouveau. On voit à nouveau le kimono dans les rues du Japon, ce qui prouve que, loin d’être une icône statique, c’est un vêtement dynamique et à la mode, dont l’utilisation et l’importance ont fluctué au fil de l’histoire.

Symbole de statut

Le kimono a acquis sa première signification vestimentaire au cours de la période Edo (1630 – 1868). Après des siècles de guerre civile et de troubles, c’était une époque de stabilité politique, de croissance économique et d’expansion urbaine sans précédent. Par le passé, les samouraïs, la classe militaire dirigeante du Japon, avaient acquis leur statut et leur richesse grâce à leurs succès sur le champ de bataille. Aujourd’hui, leur statut est de plus en plus mis en valeur par leur apparence.

Le kimono tel qu’il apparaît dans les gravures traditionnelles sur bois (avec l’aimable autorisation du Victoria and Albert Museum, Londres).
Le kimono tel qu’il apparaît dans les gravures traditionnelles sur bois (avec l’aimable autorisation du Victoria and Albert Museum, Londres).

Les femmes samouraïs menaient une vie extrêmement restreinte et structurée qui incluait un respect strict des codes vestimentaires en fonction de la saison, des événements et du moment de la journée. De même que la noblesse et la royauté occidentales avaient un ensemble élaboré pour chaque occasion, les femmes samouraïs avaient un kimono richement brodé et imprimé pour la leur.

Plus son port diminue, plus son statut symbolique augmente – Anna Jackson
Bien qu’elles aient été des consommatrices prolifiques de kimonos somptueux, les femmes samouraïs ont rarement fait preuve d’innovation. Ce sont plutôt les nouvelles riches de la classe marchande qui, incapables d’améliorer leur statut social en raison de la stricte hiérarchie de la société, ont choisi d’afficher leur style et leur confiance en elles par le biais de leur tenue vestimentaire. “Ce sont eux qui ont vraiment poussé les nouveaux styles et les nouvelles techniques”, explique M. Jackson.

Cette société de plus en plus sensible à la mode avait ses propres créateurs de goût sous la forme d’acteurs de kabuki et de courtisanes. Leurs dernières innovations stylistiques étaient diffusées par le biais de gravures sur bois bon marché auprès d’un public avide d’imiter ses idoles.

Le kimono n’avait peut-être pas la valeur symbolique qu’il a acquise par la suite, mais il était destiné à servir de signe de statut. Lorsque les classes marchandes semblaient s’élever au-dessus de leur condition, l’élite dirigeante promulguait des lois somptuaires. “Elles limitaient certaines couleurs, certaines teintures, et vous n’étiez pas censé porter de la soie”, explique Jackson.

Bien qu’elles ne soient pas strictement appliquées et souvent ignorées, ces règles se sont avérées être le catalyseur de développements subversifs dans la mode du kimono, qui permettaient à celui qui le portait de transmettre subtilement sa richesse et son discernement.

Soudain, tous ceux qui avaient du goût se sont tournés vers les détails à petite échelle, de sorte que l’on pouvait trouver un kimono uni avec une doublure voyante ou un kimono gris ou brun qui, si l’on y regarde de plus près, présentait des motifs complexes“, explique M. Jackson.

Lorsque les lois somptuaires ont été appliquées de manière plus stricte à la fin du 18e et au début du 19e siècle, les geishas étaient les femmes qui incarnaient le mieux ce style chic et discret appelé iki. N’ayant pas le droit de rivaliser avec les courtisanes, elles avaient perfectionné l’art de l’élégance discrète. Un fait qui surprendra sans doute ceux qui sont plus familiers avec les styles flamboyants qu’elles ont adoptés par la suite.

Retour à la mode

Le lent glissement du kimono vers le symbolique a commencé après que le Japon a été contraint d’ouvrir ses frontières au commerce extérieur. Dans la tourmente qui a suivi, le nouvel empereur Mutsuhito a mis fin au règne de l’élite militaire et balayé l’ancien système féodal. La nouvelle ère, connue sous le nom de Meiji (1868-1912), qui signifie “règne éclairé”, se concentre sur la construction d’un État moderne, industrialisé et militairement puissant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *