Comprendre la perception des végétariens pour la promotion du végétarisme

Il est essentiel de comprendre les perceptions des végétariens et des végétaliens pour savoir comment atteindre les gens et potentiellement changer leur régime alimentaire. Pour essayer de mieux comprendre comment les végétariens et les végétaliens sont perçus, des chercheurs de l’Université de Guelph ont récemment effectué une analyse de la portée des articles en langue anglaise pour évaluer les perceptions des gens. L’examen multiple des résultats de recherche a permis d’obtenir un total de 24 articles, tous publiés entre janvier 2000 et juin 2015. La majorité des articles provenaient de pays anglophones comme les États-Unis, l’Australie, le Canada et le Royaume-Uni. Les autres pays représentés étaient la Belgique, la Slovénie, la Finlande et le Portugal.

Les résultats de chacune des études différaient légèrement, mais il ressortait généralement que les végétariens avaient tendance à être perçus de manière positive alors que les végétaliens étaient considérés de manière plus négative. Les perceptions dépendaient largement de facteurs tels que le sexe, l’âge et la classe socio-économique. Les régimes végétariens étaient généralement perçus comme non masculins, bien que deux petites études aient révélé que les gens avaient des attitudes neutres à favorables envers les hommes végétariens. Dans l’une de ces mêmes études, des femmes végétariennes ont déclaré avoir ressenti de l’hostilité ou de la déception de la part des membres masculins de leur famille omnivore en raison de leur régime alimentaire. Des facteurs tels que le fait d’avoir plus de 30 ans, de vivre dans une région pauvre ou rurale, d’être un homme et d’avoir un niveau d’éducation minimal étaient corrélés à une perception négative du végétarisme. Les perceptions diffèrent également d’une culture à l’autre – par exemple, le grand public slovène a une opinion très négative du végétarisme pour les enfants, alors que l’American Dietetic Association soutient ce régime.

La bonne nouvelle est que l’intérêt pour le végétarisme est croissant. Deux études australiennes ont indiqué que la majorité des individus souhaitaient en savoir plus sur les régimes végétariens. Une autre étude a révélé que 83,7 % des personnes connaissaient au moins un végétarien. La mauvaise nouvelle est que le végétalisme est loin d’être aussi populaire que le végétarisme. Les chercheurs ont classé 74 % de tous les articles britanniques contenant le mot “végétalien” comme les décrivant sous un jour négatif. Outre des mots comme “restrictif”, “faddiste” et “hippie”, les végétaliens sont stéréotypés par les omnivores comme étant “hostiles” ou “conflictuels”. Dans une étude américaine, 100 % des participants non-végétaliens ont signalé des conflits avec les végétaliens, que leurs interactions globales avec eux aient été positives ou non. La nature “critique” communément perçue des végétaliens s’est vérifiée dans une étude, dans laquelle 69 % des végétaliens ont qualifié les végétariens d'”hypocrites”.

L’American Dietetic Association (ADA) estime que “les régimes végétariens planifiés de manière appropriée, y compris les régimes végétaliens, sont sains, nutritionnellement adéquats et peuvent présenter des avantages pour la prévention et le traitement de certaines maladies”. Ils estiment également que les régimes végétariens et végétaliens sont appropriés à tous les stades de la vie, y compris la grossesse, la petite enfance et l’enfance. Les régimes à base de plantes sont également recommandés par la Fondation des maladies du cœur, l’American Heart Association, l’American Cancer Association et Santé Canada. La plupart des personnes étaient d’accord avec les professionnels de la santé en ce qui concerne l’aspect santé des régimes végétariens. Comme on pouvait s’y attendre, il existe une corrélation positive entre le fait de croire que la viande est mauvaise pour la santé ou inutile et le fait de croire à d’autres avantages du végétarisme, tels que la durabilité, la paix et le bien-être des animaux.

Les avantages des régimes végétariens les mieux classés sont la santé et le bien-être général ou la satisfaction. La durabilité de l’environnement et le bien-être des animaux sont les avantages du végétarisme les moins reconnus ; par conséquent, ils sont également les moins bien classés. Cela peut s’expliquer par le fait que les gens ne sont généralement pas conscients de tous les impacts environnementaux de la production de viande. Les avantages du végétarisme pour la santé étant bien reconnus, les questions de santé et de commodité ne sont que le deuxième obstacle le plus souvent perçu à l’adoption d’un régime végétarien. L’obstacle le plus fréquent est le simple fait d’apprécier le goût de la viande. Un autre obstacle était la croyance que les humains sont “faits pour manger de la viande”. Lorsqu’il s’agit de problèmes de santé, les personnes s’inquiètent surtout de ne pas consommer suffisamment de protéines ou de fer, ou de souffrir d’un déséquilibre nutritionnel. D’autres problèmes sont liés au fait de ne pas savoir comment préparer correctement des repas végétariens, de ne pas avoir suffisamment d’options dans les restaurants, d’avoir un membre de la famille qui ne veut pas renoncer à la viande, et de penser que la nourriture végétarienne est fade et/ou chère.

Des études ont montré que les gens ont tendance à avoir des perceptions positives de leur propre régime alimentaire et des perceptions négatives des autres. Dans cette étude, les gens étaient également plus disposés à adopter un nouveau régime alimentaire similaire au leur. Une étude menée au Portugal a révélé que sur 60 % des participants qui envisageaient de modifier leur régime alimentaire, seuls 12 % prévoyaient d’éliminer totalement la viande ; toutefois, 48 % étaient prêts à réduire leur consommation de viande. Dans de nombreuses études, les gens se sont montrés globalement plus ouverts à la réduction de leur consommation de viande (et à la consommation de viande issue de l’agriculture biologique ou de substituts de viande) qu’à l’élimination totale de la viande. Les chercheurs en ont conclu que les initiatives visant à aider les gens à réduire leur consommation de viande pourraient être plus efficaces que celles visant à les rendre complètement végétariens. En outre, pour les populations démographiques qui perçoivent des obstacles au végétarisme, “il serait plus bénéfique de se concentrer sur l’élimination ou la diminution des obstacles à la consommation d’un régime végétarien plutôt que de mettre en avant les avantages.”

Lien externe :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *